Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 13:29

Poème de Vincent

Le cimetière de mes pensées

Des espoirs naissent,
D’autres meurent.
Certains disparaissent,
D’autres demeurent.
Bien encrés,
Dans le cimetière de mes pensées.

Cimetière Emlwood
Cimetière EmlwoodCimetière EmlwoodCimetière Emlwood
Cimetière EmlwoodCimetière Emlwood
Cimetière EmlwoodCimetière Emlwood

Cimetière Emlwood

Repost 0
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 18:40

 

HISTORIQUE

Le 22 mars 1913, monsieur Benjamin Cate Howard, le père de Charles, acquiert une certaine partie de terrain de la British American Land Co. qui à l’époque possède encore une bonne partie des terres comprises dans les « Eastern Townships ». Le terrain en partie boisé, couvrait une superficie d’environ 588,152 pieds carrés. Ces terres allaient devenir le futur site du Parc du Domaine-Howard. Les somptueuses résidences furent construites entre 1917 et 1923, quatre ans après l’achat de ces terres, les travaux de construction débutent avec l’édification d’un premier bâtiment de pierre, l’actuel pavillon 1. Cette résidence fut habitée par le sénateur jusqu’en 1961, compte environs 35 pièces qui sont réparties sur 4 paliers. Relativement en même temps, Charles Benjamin fait construire un autre bâtiment à proximité de sa demeure, lequel servira de résidence et de garage (pavillon 3). Le 11 octobre 1921, Charles B. achète de son père la superficie totale du domaine. Durant la même année, monsieur Benjamin C. Howard commence la construction de sa demeure (pavillon 2). La résidence sera complétée en 1923 mais Benjamin Cate ne pourra malheureusement pas l’habiter puisqu’il décède quelques temps avant. Cette résidence de 33 pièces avec serre fut habitée d’abord par Madame Helen Howard, mère de Charles et veuve de Benjamin, puis par le fils ainé du sénateur, Benjamin « Bud » Campbell Howard et son épouse qui y demeurèrent une vingtaine d’années.

Outre ces trois édifices, les Howard font construire d’autres bâtiments dont quelques résidences qui logeront des employés ainsi que des dépendances. Sur le terrain il y avait à l’époque une grange, un poulailler, une cabane à sucre, un terrain de tennis double, un caveau à légumes et une fosse à renards dont il fait le commerce pour la fourrure (la Howardene Registered of Silver Black Foxes).

Vers 1926, Charles B. ordonne la construction d’une autre maison de pierre de 8 pièces la maison du jardinier, avec serre. Cette serre demeure aujourd’hui au même endroit où elle fut construite et a conservé son même solage de pierre et de mortier qui l’apparente de près à la robustesse des maisons environnantes. Le premier jardinier à occuper la fonction est M. Arthur Tardif de 1932 à 1952. Les serres sont vendues à la Ville de Sherbrooke en 1940 pour le prix de $6,500.00. Quelque six ans après la Ville de Sherbrooke fait construire une nouvelle serre ainsi qu’un atelier de travail.

Le 1er janvier 1961, le sénateur vend à la Ville de Sherbrooke la superficie restante de son domaine soit 536,287 pieds carrés, comprenant tous les bâtiments pour le montant de $285,000. Valeur au rôle municipal en 1991 $1,793,000.00 et en 2002, $3,041,200.00 En 1968, on procède à la démolition de la maison du jardinier pour en rebâtir une nouvelle habitation.

 

Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke
Domaine Howard, Sherbrooke

Domaine Howard, Sherbrooke

Repost 0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 16:16

Une forêt ancienne dans un milieu urbain

Il n'existe que deux endroits en milieu urbain au Québec qui ont reçu de la part du ministère des Ressources naturelles la dénomination de "Forêt ancienne". Il semble que l'âge du plus vieil arbre atteigne plus de 300 ans.

 

Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis
Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis

Le Bois Beckett photographies de Jean-François Dupuis

Le Major Henry Beckett et sa femme Caroline quittent l’Angleterre vers 1820, pour venir s’établir à Sherbrooke. Participant activement à l’activité économique de Sherbrooke, le Major ouvre une carrière et une briqueterie. Il produit les premières briques originaires de la région et elles sont utilisées pour les premiers édifices de l’Université Bishop, la Paton, etc...

Vers 1834, Beckett achète 100 acres de boisé dans le Canton Orford qui comprend le Quartier Nord de la ville de Sherbrooke, à cette époque. Quelques années plus tard, il acquiert le reste des 200 acres du Bois Beckett. La famille défriche 120 acres, dont 90 sont cultivés et 30 utilisés en pâturage. Le reste, qui comprend une érablière, est ainsi laissé en boisé. Plus de 900 livres de sucre d’érable y sont produits chaque année. Des vestiges des fondations sont encore visibles, de même qu’un puits près de celles-ci. Quant à l’arbre à anneau, il s’agit d’une vielle roue de charrette à travers laquelle a poussé un arbre à deux embranchements. L’épouse de Beckett hérite de tous ses biens. En 1875, elle donne la ferme à Frederick James Beckett qui est le plus jeune de ses sept fils. Les droits de propriété du boisé Beckett demeureront dans la famille Beckett jusqu’en 1963 alors que la ville de Sherbrooke en fait l’acquisition, ce qui met temporairement le boisé à l’abri des spéculateurs fonciers.

L'érable à l'anneau

L’érable à l’anneau était un érable qui a grandi à l’intérieur d’une roue de charrette. Avec les années, l’érable ne faisait plus qu’un avec cette roue. Cette oeuvre d’art naturelle a longtemps symbolisé le passage des premiers pionniers. L’érable de 150 ans est toutefois tombé en 1998. Une sculpture de l’arbre à l’anneau a été réalisée et inaugurée en 2001.

Repost 0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 00:37

Le marché Atwater est un marché public situé dans l'arrondissement du Sud-Ouest de la ville de Montréal.

Ouvert depuis 1933, le marché, qui est abrité par un bâtiment de style art déco notable, se situe sur l'avenue Atwater, près du Canal de Lachine et du métro Lionel-Groulx. Il est aussi encadré des rues Sainte-Émilie et Saint-Ambroise, ainsi que de l'avenue Greene. Un pont piétonnier, qu'utilisent aussi les bicyclettes, le relie à la rue Saint-Patrick et à une piste cyclable, de l'autre côté du Canal de Lachine.

Des fermiers et des artisans de l'alimentation y vendent leurs produits. En particulier, on y trouve un grand choix de viandes, parmi lesquelles certaines sont issues de l'agriculture biologique.

Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis
Le marché Atwater par Jean-François Dupuis

Le marché Atwater par Jean-François Dupuis

Repost 0
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 16:06

Olivier Brousseau est un auteur-compositeur-interprète estrien qui fait son petit bonhomme de chemin sur les routes de la musique depuis 1999. En plus d’être membre des formations traditionnelles Musique à bouches, Le Bal à l’huile et Le Trio des Cantons, il a 5 albums en solo à son actif. Fidèle à ses racines, l’artiste a lancé en 2015 un opus, La ligne du temps, salué par la critique (nomination aux GAMIQ 2015) et dans lequel il pénètre encore plus loin dans les terres du folk, du traditionnel québécois en effleurant même le country-bluegrass.

Guitare acoustique, mandoline, dobro, banjo et podorythmie (tapeux de pieds) valorisent parfaitement sa musique traditionnelle fusionnée au folk, le tout soutenu par de solides harmonies vocales.

Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke
Photographe de Sherbrooke

Photographe de Sherbrooke

Repost 0
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 14:56

L'artiste s'inspire dans un temple de lumière, entouré d'âmes et d'amis qui viennent le visiter. Depuis plus de 2 décennies, il peint des anges bleus sur des pierres qui le font voyager à travers les sites sacrés de la planète. Il parle d'une mission, mais un mystère plane. Il parle d'un message de paix et de respect. Le tout, dans une simplicité bien humaine.

Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis
Photographies de Jean-François Dupuis

Photographies de Jean-François Dupuis

Repost 0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 18:05
Le regard par Jean-François Dupuis

Que l'importance soit dans ton regard, non dans la chose regardée !
Citation de André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)

Le regard par Jean-François Dupuis
Repost 0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 23:35
LA NUIT DES SANS-ABRIS

La Nuit des sans-abris est un mouvement de solidarité dans plus de 20 villes du Québec qui vise à sensibiliser la population à la réalité des personnes sans-abri. Chaque troisième vendredi d’octobre, la Nuit s’organise autour d’une vigile de solidarité nocturne et d’un brasero, bien évidemment ponctuée d’animations de toutes sortes (musique, poésie, repas, etc.). Dans quelques villes, elle se termine au petit matin par le «Déjeuner des braves».

La Nuit des sans-abri se déroule le 3e vendredi d’octobre à compter de 18 h dans plus de 30 villes au Québec

La nuit des sans-abris
La nuit des sans-abrisLa nuit des sans-abrisLa nuit des sans-abris
La nuit des sans-abrisLa nuit des sans-abrisLa nuit des sans-abris

La nuit des sans-abris

Repost 0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 15:51

Fin XIXe siècle, la présence au coeur de la ville de Sherbrooke du l’Union Cemetery situé à l’angle de l’actuelle intersection des rues Galt Ouest et Belvédère Sud commence à inquiéter la population et les autorités. Le mouvement hygiéniste trace un lien entre la proximité des cimetières et les maladies infectieuses, ce qui provoque le déménagement des sépultures vers d’autres sites aux limites de la ville.

Ainsi est érigé sur la rue Hyatt en 1890 le cimetière Elmwood qui accueille d’abord les corps et pierres tombales de l’Union Cemetery et les protestants de diverses confessions. Malgré l’étalement urbain qui sévit depuis, Elmwood donne encore l’impression aujourd’hui d’être planté en pleine forêt, au coeur de la ville, et de se fondre dans le décor.

«Il y a moins de symboles religieux chez les protestants sur leurs pierres tombales. Il n’est toutefois pas rare de voir l’emblème des francs-maçons ou des versets de la bible inscrits sur une pierre. Il y a aussi des couronnes de lauriers sur les stèles ou des lierres terrestres pour montrer qu’une famille est unie», explique l’historien André Tessier.

Un secteur du cimetière est réservé entièrement à la grande bourgeoisie Sherbrookoise, entre autres avec les familles Mitchell et Howard. Source Catherine Bouchard la presse

Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood
Cimetière Elmwood

Cimetière Elmwood

Repost 0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 14:41
Varadero, Cuba en hipstamatic

Le patrimoine architectural de Varadero

En se promenant dans Varadero on voit encore beaucoup de constructions issues de cette prestigieuse époque, durant laquelle, par exemple en 1950 lors du concours international d’architecture, de nombreux candidats choisiront Varadero comme site afin de réaliser leur œuvre. Parmi quelques bâtiments, aujourd’hui réhabilités ou transformés en installations touristiques, on remarquera les hôtels : Kawama, Los Delfines, L’oasis, Pullman, Dos Mares et Internacional.

En fait trois styles se détachent clairement parmi les constructions du Varadero d’avant la Révolution : Les maisons en bois des années 20 et 30, issues directement du style des bungalows du sud des Etats-Unis. Le plus bel exemple étant l’actuel Musée de Varadero (connu en France comme « La Maison Bleue » pour avoir été mis en valeur dans le téléfilm Terre Indigo).

Puis dans les années 30, 40 les maisons se dessinent dans un savant mélange de pierres, notamment de corail avec ses couleurs et aspérités caractéristiques, et de bois visible sur les balcons, charpentes et structures de bâtiments : exemple de l’actuelle pizzeria Castel Novo, le restaurant Lai Lai, la policlinique de Varadero, ou encore les hôtels Pullman et Dos Mares.

Enfin à partir des années 50, apparaît l’introduction du verre dans l’aménagement des ouvertures, visible notamment dans les jardins du Cuatro Palmas parmi les différentes villas comme l’ancienne résidence d’été du dictateur Batista, ou encore les hôtels Oasis et Internacional.

A partir de cette époque, le même Batista donne un nouvel essor à Varadero. C’est l’aire du tourisme qui se développe. Il fera construire les voies d’accès, la fameuse Via Blanca (route Blanche) entre La Havane et la péninsule, développera les connexions aériennes. Apparaît pendant ces années les premiers hôtels hors de ce qu’on considère la ville de Varadero (comme l’hôtel Internacional). En 1956 Varadero est déclaré centre touristique national et international.

Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Varadero, Cuba en hipstamatic
Repost 0

Présentation

  • : Jean-François Dupuis photographe
  • Jean-François Dupuis photographe
  • : Activités professionnelles Photographe Illustrateur dans le domaine de l'édition. D.E.C. en Photographie Matane A.E.C. en Infographie Montréal . Les illustrations photographiques de Dupuis lui permettent de gagner sa vie, mais à l'instar du chercheur en quête de connaissance pour son seul plaisir, il explore sans cesse les nouvelles techniques qu'offre la photographie moderne. Selon lui, l'introduction de logiciels de manipulation photographique a considérablement bouleversé le média.
  • Contact

Recherche